Antonin Artaud ‎– Pour En Finir Avec Le Jugement De Dieu

Label:
Format:
Country:
Released:
Genre:
Style:

Tracklist Hide Credits

A1 Texte D'Ouverture 10:20
A2 Tutuguri
Voice Actor – Maria Casares*
3:40
A3 La Recherche De La Fécalité
Voice Actor – Roger Blin
4:40
B1 La Question Se Pose
Voice Actor – Paule Thevenin
6:00
B2 Conclusion 9:40

Credits

Notes

Poème radiophonique enregistré entre les 22 et 29 novembre 1947 (Radio poem recorded between 22 & 29 November 1947).
Recordings produced for Radiodiffusion française and therefore preserved by Ina.

Box set including recording of the radio performance realized in november 1947 and an 288-page book in 8, with texts by Alain Et Odette Virmaux, photographies, drawings and a large biography.

French notes :
"Une vocifération de dément", disaient les uns. Un "étonnant document humain et même surhumain", répondaient les autres. L'interdiction de l'émission d'Artaud, en février 1948, déchaîna une très vive polémique de presse. Un jury d'honneur fut constitué, deux auditions privées organisées. En vain : la direction de la Radio maintint son veto. Des enregistrements pirates circulèrent, et le texte d'Artaud fut évidemment publié, mais il fallut tout de même attendre un quart de siècle pour que - grâce sans doute à la secousse de Mais 1968 - l'émission litigieuse reçoive enfin droit de cité sur les ondes (6 mars 1973, France-Culture). En 1948, Artaud n'avait survécu que d'un mois à une mesure qui accrédita davantage l'image du "poète maudit".

Une quarantaine d'années plus tard, l'audition de "Pour en finir avec le jugement de dieu" peut-elle scandaliser encore ? Il est sûr qu'elle déconcertera. Violence du langage, extrême intensité des cris, apparente incohérence de l'ensemble. Contrairement à ce qu'on pourrait déduire d'une audition hâtive, l'émission ne fut pas à demi-improvisée dans la fièvre et la transe. Minutieusement préparée, au contraire, répétée par Artaud et ses interprètes (Maria Casarès, Roger Blin, Paule Thévenin), et montée avec soin. Si l'on peut donner ici un conseil, c'est d'écouter cette oeuvre comme on ferait d'un enregistrement musical. Le travail d'Artaud - trop longtemps rapporté uniquement au theatre - préfigure peut-être davantage certaines recherches de la musique contemporaine (Boulez ou Xénakis). Et ce n'est pas pour rien que les japonais d'aujourd'hui, surtout les adeptes du "Buto", restent fascinés par la voix d'Artaud à la fin de sa vie.

Nombre d'auditeurs voudront malgré tout comprendre. Ceux-là se reporteront au texte imprimé de "Pour en finir avec le jugement de dieu" qui ne lèvera sans doute pas toutes les perplexités. A défaut de leur faire ou relire tout Artaud, on peut au moins suggérer quelques pistes. La charge anti-américaine du début de l'émission ne doit pas s'interpréter en termes de "guerre froide", mais par référence au texte qui suit, consacré aux Indiens Tarahumaras du Mexique : opposition d'un monde moderne annihilé par le machinisme et d'une race primitive dotée de racines profondes. De même, les anathèmes contre "dieu" (toujours écrit avec une minuscule) et contre les souillures du corps humain sont à entendre comme un appel passionné à la pureté, à la re-création - puisque "dieu" y a échoué - d'un corps enfin pur : "L'homme est malade parce qu'il est mal construit". Reconstruction qui passe par une réinvention complète du langage : d'où les mots-cris et les cris-souffles, qui furent longtemps si sévèrement jugés par les psychiatres. Il y avait en Artaud une logique profonde et simple, armée d'un dynamisme et d'une énergie dont ses textes publiés ne donnaient qu'une idée imparfaite. Il fallait l'enregistrement direct de sa voix nue pour faire mesurer de quelle puissance d'ébranlement il était capable sur ses contemporains.

Reviews