Free System Projekt ‎– Impulse

Label:
Strange Charm Records ‎– SC05001
Format:
CDr, Album, Reissue
Country:
Released:
Genre:
Style:

Credits

Notes

Recorded at The Free System Studio.
Previously Released in 1996.
Equipment: Atari 1040ST + Cubase, Kawai K4, Quasimidi Quasar,
Korg Polysix midified, Kawai 110f monophonic, Alesis SR16,
Kenton Pro 2 Midi - CV, D&R Qverb, D&R 300 Mixing-desk.

Recommendations

Reviews

Add Review

Zapater

Zapater

January 5, 2016

From "Guts Of Darkness" review by Sylvain Lupari

Je sais, pour l’avoir expérimenté, que d’honorer un titre de chef d’œuvre peut faire dresser les oreilles, froncer les sourcils. Et pourtant, en voilà un autre. Comme Tubular Bells de Mike Oldfield ou encore Charriots of Fire de Vangelis, Impulse de Free System Projekt est une pure merveille musicale. Vrai que c’est de la Musique Électronique, style Berlin School. Mais contrairement à la croyance que ce genre de musique peut être d’un minimaliste redondant, Impulse explose en rythmes sombres aux évolutions progressives, en mélodies, en séquences alternatives et déviantes toujours à la recherche d’une symbiose musicale pour concrétiser l’harmonie des sphères. Bref un cd truffé d’arrangements mielleux au doux parfum d'une sombre nostalgie. Impulse est le tout premier album de FSP, qui à l’époque était le groupe d’un seul homme; Marcel Engels. Épuisé depuis un bon moment, la compagnie Strange Charm a décidé de le ré édité en ajoutant un long titre en prime, And then there were 2, pour le plus grand plaisir des amateurs d'Engels. Cette première œuvre est un pur bijou. Un titre rarement égalé dans la catégorie de musique électronique. Est-ce du pur Berlin School? Selon la définition, je dirais que non! Ici les pièces sont relativement courtes et sont toujours rehaussées de séquences entraînantes ou mélodieuses. Le genre serait plutôt du New Berlin School. Originalement produit en 1996, l’opus n’a pas vieilli d’une ride et sonne toujours aussi bien qu’aux premières écoutes, si l’on veut prendre pour acquis que ce genre de musique suit l’évolution de ses œuvres et non de la technologie qui l’entoure. Un peu comme le classique ou le jazz. Elle peut être contemporaine et quelquefois novatrice, mais jamais archéenne De la première à la dernière note, Engels nous présente un cd sans bavures, fort mélodieux aux rythmes moulants. Dans sa première enveloppe, soit avec ses six titres, Impulse nous entraîne sur des rythmes soutenus où les atmosphères et les moments ambiants sont de courtes durées et sont propice à des scénarios musicaux d’une tendresse et d’une émotivité à fleur de peau. Laissons tomber les préjugés à savoir si la MÉ est anti-musique et laissons-nous bercer dans les méandres intimistes et mélodieux qu’est la structure musical d’Impulse. Après tout, même si la musique est mécanique, sa conception est hautement humaine. Avec Impulse, Marcel Engels va plus loin que de la simple musique assisté ou créée par ordinateur ou par des machines sans âmes. Six pièces de moins de dix minutes chaque. Hautement mélodieux, les synthé fusent des solos et des accords d’une sensibilité que j’ai rarement entendu sur un cd de MÉ. Les rythmes s’accordent aux harmonies avec de somptueux détours et des revirements qui étonnent. Des percussions quand il en faut, des nappes brumeuses là où s’est requis. De courtes envolées séquentielles qui ne sont que des prétextes à immiscer des tempos aux parcours déroutants. Une histoire contée à l’envers où les émotions survolent des séquences tordues où les atmosphères frôlent la démence et l’ingéniosité. Ingénieux, car chaque chapitre est solidement ancré dans des rythmes qui se moulent aux émotions rescapées par de sublimes passages musicaux où les instruments à saveur nostalgique, romantique comme le piano, les flûtes, clavecin et violon/violoncelle sont les prisonniers d’ambiances sombres et poignantes. Un étonnant opus où Engels se met à nu et nous conte les souffrances d’une quelconque histoire sombre et déroutante. La pièce en boni? C’est pas vraiment essentiel. Elle est le reflet des capacités de Marcel Engels à jouer avec les rythmes et les atmosphères. Impulse est une grande œuvre à découvrir. De la musique électronique mélodieuse. Un opus qui va meubler n’importe quel moment d’une vie, car dans chaque recoin, on y trouve une ligne qui secoue une corde sensible. Une œuvre intense, une œuvre à posséder.