Diagrams ‎– Black Light

Label:
Full Time Hobby ‎– FTH129LP
Format:
Vinyl, LP, Album
Country:
Released:
Genre:
Style:

Tracklist

A1 Ghost Lit 2:59
A2 Tall Buildings 4:26
A3 Night All Night 3:45
A4 Appetite 4:01
A5 Mills 4:40
B1 Antelope 2:34
B2 Black Light 4:25
B3 Animals 5:07
B4 Peninsula 28:01

Companies, etc.

Credits

Notes

Engineered at Rubber Duck Studios, London. Mastered at 3345. Live drums recorded at bengestudios.com (3, 6, 9) and Brighton Electric (2, 4, 9).

Released in a gatefold cover.

Barcode and Other Identifiers

  • Barcode (Text): 5 060246 122206
  • Barcode (String): 5060246122206
  • Label Code: LC14591

Other Versions (2 of 2) View All

Cat# Artist Title (Format) Label Cat# Country Year
FTH129CD Diagrams Black Light(CD, Album) Full Time Hobby FTH129CD UK 2012 Sell This Version
FTH129 Diagrams Black Light(CD, Album, Promo) Full Time Hobby FTH129 UK 2012 Sell This Version

Recommendations

Reviews

Add Review

music_emporium

music_emporium

March 23, 2013
Figurant parmi les plus belles réussites musicales de l’hiver, le premier album de Diagrams est loin d’être l’œuvre d’un inconnu. Fondateur et compositeur principal des formidables Tunng, rénovateurs discrets mais essentiels du folk britannique apparus au beau milieu des années 2000, Sam Genders aura préféré abandonner ses compagnons de route en pleine ascension, pour mieux se consacrer à la réalisation de ce nouveau projet solitaire éblouissant. À rebours de son intitulé assez peu engageant, Black Light est un disque de pop lumineuse et inventive, à la fois organique et électronique, qui doit autant aux tubes élastiques d’Hot Chip ou Metronomy qu’aux douceurs scandinaves d’Erlend Oye.
La bonne idée de ce premier opus remarquablement accompli est de veiller à concentrer les mille et une trouvailles sonores de son auteur dans un format idéalement resserré (l’imparable single "Tall Buildings" ou l’indie-pop teintée de white funk d’"Antelope"). Une leçon de retenue dont on souhaiterait qu’elle donne des idées aux légions d’expérimentateurs en herbe nés ces dernières années dans le sillage plus ou moins trouble d’artistes comme Sufjan Stevens, qui confondent beaucoup trop souvent ambition et prétention. Même lorsqu’il choisit de laisser libre cours à ses penchants les plus expérimentaux, comme sur l’ultime et répétitive "Peninsula", ce digne héritier de Gruff Rhys reste guidé par son goût immodéré pour les spirales mélodiques d’une pop délicatement psychédélique, dont on a probablement pas fini d’explorer toutes les possibilités.